Blog

Le Potager anti-crise. Manger sain en dépensant peu

11 Juillet, 2016 | de Rodolphe Grosléziat (Auteur)



C'est le pari qu'a relevé Rodolphe Grosléziat, jardinier autodidacte installé à la campagne depuis 7 ans.

Anti-crise POUR LE PORTE-MONNAIE parce que le potager donne à la famille une véritable autonomie alimentaire qui la met à l'abri des crises financières, actuelles et futures, mieux qu'un revenu d'appoint.

Anti-crise POUR LA SANTÉ parce que pouvoir offrir à sa famille « 5 fruits et légumes » par jour sans se ruiner est une assurance-santé, surtout lorsqu'ils sont vraiment « bio ».

Anti-crise POUR LA PLANÈTE car les produits chimiques ne sont pas nécessaires pour obtenir de belles et abondantes récoltes et que l'auto-consommation réduit les pollutions dues au transport.

Et tout ça sans y passer plus d'une demi-heure par jour... Parce qu'il n'y a pas que le jardin dans la vie...

jardinier autodidacte, l'auteur rassemble dans ce livre son expérience inédite du jardin potager : pour chacune des cultures, il recherche les techniques les plus simples, les plus saines, les plus " rentables ". Partant « de rien », il est parvenu, en moins de 7 ans, à une quasi-autonomie et parvient à nourrir toute sa famille toute l'année grâce aux légumes de son jardin, cultivés sans aucun engrais ni pesticide. Ce tour de force ne le mobilise guère plus qu'une demi-heure par jour en moyenne et ne l'empêche pas d'avoir d'autres loisirs. Mieux encore, Rodolphe comptabilise ses récoltes en fonction des cours du marché et nous prouve par les chiffres que « faire son potager, ça vaut le coût », puisque l'économie réalisée représente entre 2,8 et 3,5 fois la valeur d'un SMIG mensuel par an.

Nous avons actualisé au printemps 2016, ses calculs qui dataient de 2009, sur plusieurs enseignes de grande distribution ainsi que dans des réseaux de distribution « frais » et bio. Malgré quelques variations des prix de certains fruits et légumes, le coût final ne change pas. L’intérêt financier demeure : il est beaucoup plus rentable de cultiver que d’acheter !